Ce que nous savons sur la lumière bleue

Ce que nous savons sur la lumière bleue

Depuis quelques années, la lumière bleue est devenue un sujet important dans le monde de la santé visuelle. Elle a même fait l’objet de très nombreuses publications et publicités à destination du grand public afin de le mettre en garde quant à ses effets nocifs. Mais de quoi parlons-nous et que savons-nous précisément à son sujet ?

La lumière bleue est une partie du spectre de la lumière, dont les longueurs d’onde se situent entre 380 et 500 nanomètres. Elle est émise par le soleil, mais aussi par les sources lumineuses artificielles : ampoules LED et écrans (tablettes, télévisions, ordinateurs, smartphones).

La lumière bleue potentiellement dangereuse représente une petite partie seulement de l’ensemble de la lumière bleue existante : ce sont les longueurs d’onde bleu-violet dont l’énergie qui atteint la rétine est plus forte que dans le cas de la lumière bleu turquoise. Ce sont notamment les écrans qui diffusent des pics de lumière bleue, appelée lumière à Haute Energie Visible (ou HEV).

De nombreuses études ont désormais montré que l’exposition à cette lumière favorisait la DLMA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) et pourrait également être impliquée dans le développement de la cataracte. Lorsque l’on sait que 60% des gens passent plus de 6 heures par jour devant un écran, on comprend l’intérêt de se protéger. D’autant que cette exposition est plutôt appelée à augmenter et, rappelons-le, qu’elle est aussi présente dans l’atmosphère…

Notons qu’une partie de la lumière bleue a cependant des effets bénéfiques : il s’agit de sa composante bleue turquoise qui régule nos rythmes circadiens (alternance veille/sommeil) en favorisant la production de mélatonine (« hormone du sommeil »).

Les verres de protection anti-lumière bleue ne filtrent que la lumière HEV et laissent passer le bleu turquoise. Toutes les personnes passant plus d’une heure par jour devant un écran ou au contact du soleil sont concernées par cette protection. A partir de 40 ans, en plus de celle-ci, il est également conseillé de faire des cures de 3 mois de compléments alimentaires pour les yeux (à base de lutéine, vitamine E, zinc, antioxydants…) afin de réparer les phototraumatismes.

Tout le monde peut porter ce type de verres. Cependant, il faut savoir que le filtre entraine un léger reflet résiduel qui peut paraitre, à certains, peu esthétique et qui modifie légèrement la perception des couleurs pouvant gêner dans certaines professions (infographistes, imprimeurs …).

Fermer le menu
×